• Office de l'imaginaire

Rencontre avec Isabelle Gribout, artiste Ardennaise.

Mis à jour : sept. 22


Depuis son plus jeune âge, Isabelle Gribout aime dessiner. Depuis plus de 10 ans elle se consacre à l'illustration, 8 de ces ouvrages sont déjà parus chez différents éditeurs.


Pour le contacter rendez-vous sur :

- sa page facebook


"Je n'ai pas besoin de faire de méditation, dessiner apaise mon esprit et le fait voyager dans un autre espace temps."

Pourquoi le dessin? Comment cela a-t-il commencé?


Comme tous les enfants, j'ai dessiné avant de savoir écrire puis au fil des années le dessin est

devenu ma passion. Les tableaux de grands peintres ont été mes premières sources d'inspirations où je me suis amusée à les reproduire sur toile ou support mural. En Arts plastiques je me souviens

avoir transposé les personnages de tintin sur le radeau de la Méduse de Géricault.

A l'adolescence, je mes suis exercée à tous les médiums en commençant pat la peinture à l'huile

qui m'attirait beaucoup. Après quelques expositions, je me suis orientée vers l'illustration jeunesse.


Quel matériel utilisez-vous?


Après avoir eu une idée qui peut évoluer tout au long de la réalisation, je réalise des croquis

préparatoires en noir et blanc au crayon graphite tout en installant les valeurs et volumes. Puis je réfléchis aux couleurs et redessine mon croquis en plus grand format sur du papier aquarelle. Ensuite j'utilise peinture aquarelle, acrylique, polychromos...selon mon envie en général c'est un peu technique mixte et il m'arrive de faire des retouches sur Photoshop.


Que ressentez-vous quand vous faites une illustration?


Je m'évade tout simplement, je suis dans ma bulle. Je n'ai pas besoin de faire de méditation,

dessiner apaise mon esprit et le fait voyager dans un autre espace temps.


Quelle est la qualité première d'un illustrateur?


Être créatif et avoir de l'imagination sont les premières qualités d'un illustrateur, il faut également de

temps en temps sortir de sa zone de confort.




Combien de temps prend la création d'une illustration?


Cela varie selon si c'est un sujet simple ou une planche complète.

Je prend quelque temps à faire des recherches, à faire des croquis préparatoires. Je ne compte pas

mes heures. Je dirais que ça peut aller d'une journée à une semaine.



Comment en êtes-vous venue à la féerie?

Y a t-il un élément particulier qui vous a attiré vers ce petit monde?



C'est la lecture sans aucun doute. Les livres jeunesse dont les illustrations me faisaient rêver puis les contes fantastiques ou les histoires extraordinaires et quelquefois effrayantes que je lisais jour et nuit ont bercés mon imaginaire. Également mon émerveillement pour la nature qui quand on l'écoute et l'observe prend une toute autre dimension. Dans mon enfance, le dessin et la lecture ont permis à mon esprit de fuir un quotidien douloureux, de me réfugier dans un monde paisible et rassurant.



Quelle est votre relation à l'imaginaire et plus particulièrement à l'imaginaire ardennais

Nous n'avons qu'une vision superficielle de notre monde, tout est magie dans ce que nous vivons et ce qui nous entoure. La forêt ardennaise est la source de très nombreuses légendes où se côtoient créatures diverses qui

nous attirent ou peuvent nous effrayer.

Une source d'inspiration infinie...


Pourquoi exercer et vivre dans les Ardennes ?


Je suis née dans les Ardennes, c'est un beau département. Me promener dans les sous-bois ardennais est essentiel pour moi. La forêt est notre bonne fée qui nous permet de vivre et de nous dé-stresser. Nous n'avons pas besoin que la science nous démontre tous les bienfaits de ces lieux boisés, on le ressent . N'est-ce pas là déjà de la magie? Les animaux pour la plus grosse partie y trouvent leur survie et c'est loin d'être un hasard. Si vous souhaitez rencontrer une créature fantastique c'est l'endroit idéal à coup sûr.


Auriez-vous un conseil à donner à quelqu’un qui voudrait faire ce métier ?


J'en ai plusieurs car c'est un métier qui demande de la rigueur et de la détermination.

S'exercer quotidiennement crayon à la main car il faut sans cesse s'améliorer. Noter toutes les idées qui vous viennent en tête chaque jour pour les retranscrire en illustrations par la suite. Maîtriser les outils de PAO comme Photoshop et Illustrator et les différents médiums et supports pour répondre à un maximum de demandes. Être polyvalent mais ne réaliser que des créations qui nous procurent du plaisir.


Une anecdote sur votre métier ?


J'ai une anecdote qui résume l'expression « Le monde est petit » qui aujourd'hui me fait sourire

mais qui à l'époque m'avait agacée...

Il y a 7 ans je fais dédicacer une bande dessinée par un illustrateur dont j'apprécie le travail. Pendant la conversation on comprend l'un et l'autre que l'on s'est croisés 24 ans plus tôt mais dans des circonstances assez spéciales. Adolescente, j'attendais mon tour pour passer un entretien pour

l'entrée aux Beau-Arts. Un élève plus âgé dont je pensais être le responsable me fait entrer dans une salle et me fait déballer tout mon carton à dessins avant que je comprenne la supercherie. Un petit coup de stress avant le véritable entretien. Vous l'aurez deviné l'illustrateur était cet ancien élève blagueur. Sur ma dédicace figure "amitiés et sans rancunes".


Un dernier mot ?


Mon état d'esprit est d'être acteur de sa vie et ne pas être le spectateur, ne jamais lâcher ses rêves et mettre tout en œuvre pour les accomplir, profiter tout simplement de chaque jour qui nous est

offert...

261 vues

©2019 Office de l'imaginaire ardennais.